Logo

 

News

Les gouttes

Tout au début, le vase est parfait. Il contient suffisamment d'eau pour nourrir les fleurs qu'il accueille, mais également assez de vide pour laisser de la place à ce qui semble inutile, tant qu'elle ne manque pas : la liberté.

Et l'on enlève les fleurs. Parce que l'on n'en cueille plus. Parce que l'on n'en reçoit plus. Bêtement, l'on remplit le vase. Encore. Et encore. L'eau croupit et ronge le vide qui la sépare des bords du vase.

Un jour, l'on se dit que le vase est plein. Et étonnamment, goutte après goutte, il y a toujours encore un peu de liberté à amoindrir. L'eau, à la surface du vase, s'esquisse en rondeur. Encore une goutte. Elle perle, à la limite. C'est fou ce que l'on peut remplir un vase. Les dernières gouttes, sont distillées à la seringue, mais sont les plus périlleuses. Elles parlent de nous.

Et puis un jour, le vase déborde.

Il n'est pas de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Périclès

20 juin 2013

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.