Logo

 

News

Rosa Candida

Rosa candida n'a pas l'odeur irritante des parfums artificiels de rose. Il sent la terre et le ciel. Il sent l'engagement envers soi-même et envers ce que l'on engendre, malgré soi.

Arnljótur est attachant, sans que ses états d'âme ne soit dégoulinants. Sa quête, presque banale en soi, devient notre propre recherche. Autour de lui, tous vont et viennent, parfois bienveillants, parfois distants. Mais le jeune homme se fait confiance, poursuit ses rêves. Et s'ils semblent communs et sans grande ambition, ses choix n'en sont pas moins courageux et exaltés, de l'intérieur.

Impossible pour moi de poser cet ouvrage. Chaque ligne appelait la lecture de la suivante. Chaque chapitre résonnait comme le rythme d'une danse, certes relativement lente, mais qu'on ne peut abandonner en chemin. L'auteure nous emporte, dans cette musique silencieuse et emporte notre désir de savoir, d'une page à l'autre, jusqu'à son point final.

C'est un roman qu'il fait bon lire et qui remet les idées en place. Jamais la vie ne nous laisse à l'abri d'une surprise, si banale soit-elle, qui bouleversera le cours de nos vies.

Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir, Points, 2012. Traduit de l'Islandais par Catherine Eyjólfsson.

15 janvier 2013

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.