Logo

 

News

La moisson des notes

J'ai découvert les joies d'un certain ostracisme. Je me coupe de la société par le biais de deux magiques petits écouteurs, vissés à mes oreilles. Je dénigrais, je le concède, ces personnages impolis qui écoutaient de la musique dans leur bulle, écartés des bruits de la ville. Aujourd'hui, accomplissement technologique absolu, mon téléphone me permet, en plus de téléphoner, de faire toutes sortes de choses, dont... écouter de la musique ! Et j'ai la chance inouïe d'avoir pour voisinage une médiathèque ! Tous les deux ou trois jours, je vais fouiller dans les bacs et déniche à la fois des antiquités mais également des galettes fraîchement produites. Je me surprends à déguster des musiques tout à fait variables. Des notes balkaniques aux paroles poétiques, rien ne me retiens. Et quand je me déplace dans la ville, j'écoute et déguste Billie Holliday avec délectation. Au lieu de marcher, j'ai l'impression de glisser dans la rue. Je me surprends à chantonner tout en découvrant le regard amusé des passants. La mélodie, dans mes oreilles, est tout à fait harmonieuse... ce qui sort de ma bouche doit être un peu plus approximatif.

Et à chaque moisson de notes, je ramène à mon audition des répertoires inattendus, des choix incroyables et surprenants. Et je rajoute à mon éclectisme musical un peu plus d'exotisme et de connaissance. Je me prends au jeu; l'émotion est maîtresse et elle préside à mon entrée dans d'autres mondes, sans quitter une seconde celui auquel je suis attachée, par les deux pieds.

17 novembre 2010

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.