Logo

 

News

Rouge, c'est rouge

LUI: Bonjour Madame, vous savez pourquoi on vous arrête ?

Pourquoi diable cette énigme... Souhaitez-vous que j'avoue un crime que je n'ai pas commis, ou que je me compromette, au cas où je n'aurais pas remarqué que j'avais enfreint une quelconque loi ?

MOI: Bonjour Monsieur. Oui, je sais pourquoi vous m'arrêtez...

Non mais, je ne vais quand même pas faire son travail à sa place... Ah ? Si, il faut que j'expie mes péchés... apparemment, son regard en dit long, allez, Madame, confessez-vous, je vous pardonnerai...

MOI: J'imagine, Monsieur l'agent, que c'est à cause du feu orange qui rougissait...

LUI: Il était rouge Madame ! Aussi rouge que votre voiture !

Aïe... Le coup de l'orange couché de soleil ne l'a apparemment pas convaincu, rouge, c'est rouge... Vais-je tenter de lui servir une quelconque théorie sur les couleurs, ou dois-je me résoudre à accepter que rouge, c'est rouge.

MOI: Tout à fait... mais à ma décharge, je ne pense pas avoir mis quiconque en danger... Avec ces travaux, je n'ai fait que suivre les véhicules qui me précédaient. Ils sont si lents ces feux, et quand je suis arrivée de l'autre côté, les autres voitures patientaient encore au rouge !

LUI: Mais Madame, quand on conduit, on doit être à même d'anticiper tout ce qui va se passer. Vous auriez du vous arrêter, c'était rouge !

Mais j'ai compris, bon dieu, qu'il était rouge, ce feu !

MOI: Bon, très bien, j'assume ma faute, je la reconnais. Je suis passée au rouge, alors que je n'aurais pas du !

Ca, c'était AVANT, qu'il ne me mette l'amende...

LUI: Alors Madame, un feu rouge grillé, c'est une amende d'ordre.

MOI: Très bien, je vous écoute.

Non, non... stop, on ne dit pas très bien, quand on ne sait pas ce qu'est une amende d'ordre... Trop tard...

LUI: Ca fera 250 francs, payables dans les 30 jours...

Et là, j'ai failli m'étrangler avec les insultes qui sont restées coincées dans ma gorge... Ne pas agresser ce pauvre agent de police, ne pas le fusiller du regard, ne pas lui dire tout ce que je pense de leurs méthodes de se placer après des feux de travaux routiers... Non, avaler tout ça, de travers, certes, mais l'avaler, et sourire gentiment....

MOI: Ha ! 250 francs, quand même... Je suis un réel danger public, donc. Rassurez-moi, ça n'ira pas sur mon casier judiciaire ?

LUI: Pas si vous la payez dans les délais, Madame !

MOI: Donc, j'ai un casier si je ne paie pas mes amendes, mais pas si je roule alors qu'il y avait un feu rouge ?

Mais tais-toi ! N'aggrave pas ton cas ! Ah... apparemment, ça le fait rire.

LUI: C'est le règlement Madame, mais si ça vous fait plaisir, on peut s'occuper de votre casier !

MOI: Non, non, sans façon. Merci et bonne soirée...

Mais qu'est-ce qui me prend, pourquoi "Merci !" Non, non, pas de merci dans ces cas-là !

LUI: Au revoir Madame.

MOI: Si ça ne vous dérange pas, je ne préfèrerais pas vous revoir !

LUI, qui rit: Bonne soirée Madame et prudence sur la route ! "

Je fulmine à l'intérieur, malgré sa modeste gentillesse... J'hésite à prendre mon téléphone, pour déverser mon fuel auprès d'une oreille attentive, mais il me regarde et me fait signe, très paternel, de boucler ma ceinture et de poser mon téléphone...

4 novembre 2010

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.