Logo

 

News

Musée personnel

Rendre visite à des amis, de la famille, des voisins ou des inconnus permet d'en apprendre beaucoup sur eux... et surtout sur ce qu'ils veulent montrer d'eux.

Le salon est le lieu privilégié de ces découvertes, sorte de petit musée personnel. Tout un chacun y collecte les objets et images qu'il veut bien montrer à ses hôtes. Souvenirs de voyages, d'enfance, d'un passé local, objets de collection, photographies et bibelots s'y côtoient plus ou moins harmonieusement. Masques d'Afrique et tentures d'Asie chez les uns, photographies d'une villégiature azurienne et assemblages d'archives familiales chez les autres, sans oublier les terribles assiettes estampillées "Vaticano" ou les oeuvres d'art, disons, personnelles ! Si certaines personnes se targuent de ne pas être de vulgaires touristes, mais de côtoyer, lorsqu'elles voyagent, les gens de l'endroit et de découvrir les us et coutumes de la région, il n'empêche que leurs statuettes d'ébène sont semblables à mille autres... Peu importe ! Je découvre avec joie ce que ces personnes aiment, leur état d'esprit et leurs goûts. J'aime aussi à voir les livres, les fleurs et bougies qu'ils exposent, les magazines faussement abandonnés sur un canapé pour donner un aspect désordonné, alors que ma venue était annoncée. J'avoue en faire de même.

Je suis de ceux qui s'activent au dernier moment. "Mais oui, passez dans une heure boire un petit café !" Le marathon commence: ranger, donner un coup d'aspirateur, de serpillère, arranger les coussins, et, vite, laisser traîner quelque chose pour donner l'impression que l'on n'a pas bougé le petit doigt pendant l'heure qui sépare l'invitation de la venue. Cela, sans compter les gouttes de sueur que je cache tant bien que mal, au moment fatidique du retentissement de la sonnette d'entrée.

Autant de personnes, autant de musées... J'aime beaucoup les couples qui ont emménagés depuis peu. Leur appartement est un terrain d'amour commun, mais aussi de conflit de territoire. Qui cèdera le plus de surface à l'autre. Il s'agit moins de la surface habitable, que de celle des murs. Difficile de faire cohabiter une décoration zen avec un poster géant de Ferrari Testa Rossa ! Comique, aussi, la proximité des objets hérités et des tendances IKEA... C'est certainement ainsi que naissent les nouvelles modes étranges: sur l'incompatibilité et l'impossibilité du compromis. Car avant toute chose, c'est l'attachement sentimental qui préside à ces joyeux mélanges. Et sous prétexte de lien affectif, il semble inimaginable de priver de la vue de l'être aimé du fabuleux portrait réalisé par tonton Machin. Portrait, en l'occurence, d'une illustre inconnue...

Rien n'est laissé au hasard dans un salon, et toute décoration est un prétexte à conversation, au cas où l'on inviterait des personnes très ennuyeuses et peu inspirées... "Vous ai-je déjà parlé de ma nièce ? Regardez comme elle a grandi, elle avait 2 ans sur cette image et 4 sur celle-ci. Ah, d'ailleurs, j'ai une anecdote..." ou "Ah, cette petite vache sculptée ? Oui, oui, c'est un jouet traditionnel de cette région, c'est mon père qui me l'a sculptée, quand j'étais enfant... Je vous montre comment on y joue ? J'ai d'ailleurs un livre là-dessus, je vous le montre ?"

Le salon, c'est un sas entre le profane et le sacré. Le profane, le monde extérieur, là où l'on n'a le contrôle sur quasiment rien et le sacré, le lieu même de notre intimité. Au salon, ces deux entités s'y interpénètrent. L'extérieur, ce sont ces invités, dont on ne peut pas gérer les réactions, mais auxquels l'on peut laisser voir ou non certaines parties de notre intérieur. Les portes de la chambre à coucher restent fermées, tout comme notre garde-manger ou l'intérieur de notre armoire à pharmacie. Le salon est un seuil, sur lequel l'on peut se tenir, mais que l'on ne peut pas franchir à l'envi.

31 août 2010

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.