Logo

 

News

Le chant des mésanges

Une maison perchée, une fenêtre de laquelle je contemple les toits couverts de neige. Un panorama superbe, je suis entourée de montagnes. La nuit, je perçois les étoiles, sans pollution lumineuse. Evidemment, j'habite plus haut encore que le dernier lampadaire de l'éclairage publique. Je n'entends ici que le craquement du feu dans mon fourneau à bois et le chant du torrent, lorsque je m'étire sur mon balcon... La maison porte même son petit nom: "Le mageintzes", comprenez "Les mésanges", dans mon idiome. Imaginez-vous un quartier de bâtisses de bois et de pierres, de toits d'ardoises, devant lesquelles s'allongent des tas de bûches prêtes à se loger dans d'étroites chaudières! Pour cela, il m'a fallu passer par l'apprentissage de la hache, qui mérite son détour...

Sur mon balcon, un billot sur lequel je débite du petit bois et de belles bûches qui s'enflammeront et réchaufferont l'atmosphère de mon séjour. Cette tâche mérite une technique économique: il ne faudrait pas consommer plus d'énergie que le feu ne consume de branches ! Un geste précis, parfaitement perpendiculaire, et surtout, une force maîtrisée. Je vous garantis qu'après cinq ans d'études universitaires, je ne ressemble pas à Hercule ! Et pourtant, jour après jour, la flamme dévore le bois dont je nourris mon fourneau !

Revenons à nos mésanges, je ne les ai pas encore vues par ailleurs, la faute probablement à la colonie de chats qui me sert de voisinage. Le feuilleton de leurs ébats remplace toute fiction télévisuelle! Les amours se font et se défont au fil des heures, dans une passion sauvage. Ils me défient de leurs yeux jaunes, m'observent et attendent un geste de ma part, afin de m'adopter définitivement comme élément de leur paysage quotidien... Ma vie à la montagne commence, une vie que je redécouvre, puisque je suis enfant des hauteurs.

Je commence dès aujourd'hui à mêler, illégitimement peut-être, une vie de ville à une vie de village.

20 février 2010

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.