Logo

 

News

Ô Zen Coffee

Ô Zen Coffee, gare de Miramas en Provence, France, début juillet 2017. Je passe chercher une boisson avant de prendre mon train pour Arles.

Moi: Bonjour, une bouteille de Schweepes, s'il-vous-plaît.
Lui: Agrumes ?
Moi: Je vais essayer le Mojito, là.
Lui: Ah, mais y'a pas d'alcool dedans, mademoiselle.
Moi: Bon, comme il n'est que 9h, c'est pas plus mal je crois.
Lui: Alors 3 €. A l'époque, on faisait ce truc-là, attendez, mais c'est mon époque, vous savez, ça date, merde... comment ça s'appelle... le Gin Tonic ! Voilà. Mais ça, ça ne se fait plus.
Moi: En Suisse, ça se fait encore en tout cas.
Lui: Ah, vous êtes de Suisse ? Qu'est-ce que vous foutez à Miramas ? Vous savez, j'ai un rêve moi, avec la Suisse.
Moi: Ah oui ?
Lui: Oh oui ! Montreux. Le Festival de Jazz !
Moi: Oui, ça vient de commencer. Dites, vous pouvez me casser un billet de 50 € ?
Lui: Oui, oui, attendez, je vais chercher derrière.

Lui: Voilà, 5, 10, 30 et voilà qui font 50. Y'a bien que les Suisses pour se balader avec des billets de 50 dans le crapaud. Ah, le Montreux Jazz. Mais que voulez-vous, je suis prisonnier moi, prisonnier de ce bar. Ah et puis ils viennent de perdre le fondateur. 5'000 disques, il avait, le fondateur. Si c'est pas malheureux. C'est sur le Lac Léman, Montreux. C'est loin de la frontière ? De Saint-Julien-en-Genevois ? Là aussi, il y a un gros festival, maintenant. Mais moi, je suis prisonnier de ce bar, que voulez-vous, prisonnier.
Moi: Je suis navrée, mais je dois y aller, mon train...
Lui: Allez-y, et passez le bonjour aux Suisses de ma part !

Liste des chroniques


4 juillet 2017

Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.