Logo

 

News

Donner, c'est donner

Donner, c'est donner. Reprendre, c'est voler.

Gamins, nos parents essayaient de faire entrer dans nos petites caboches le sens de la propriété et du don. Cela fonctionnait à merveille dans l'univers matériel des jouets, des gâteaux et des crayons de couleurs. Nous chialions, la morve au nez, d'avoir confié notre boîte magique à notre voisin, notre bâton de cerisier au gamin du touriste, nos bonbons à la petite fille. Expropriés et traités de voleurs.

En grandissant, nous avons bien compris la mécanique. Parce que ce don avait une contrepartie obligatoire; un merci, une reconnaissance, un sourire ou simplement la satisfaction lue sur le visage de celui qui nous avait dépossédés, malgré lui parfois, de nos puérils butins.

Amoureux, nous avons cru qu'il y avait une justice équivalente dans le don de soi. La logique n'est pas la même. D'ailleurs, la logique n'y est jamais. Et nous avons donné nos coeurs, en pensant que donner, c'est donner. Reprendre, c'est voler. Et là, violence dans l'apprentissage du potlatch émotionnel. Le don destructeur de ce que nous avons de plus précieux et de plus valeureux: un bout de soi. L'amour, on peut le reprendre, sans rien voler. Mais en y laissant une part profonde de nous, sorte de contrepartie blessée, condamnée à la résilience.

Quelle folie nous prend-il lorsque nous brandissons notre coeur vers l'autre, qui ne tend même pas les bras pour le recevoir ? Nus, idiots, analphabètes du non-langage de l'autre, nous lâchons tout de même notre don, en espérant peut-être que l'autre frémisse, ouvre une main et l'empêche d'impacter le sol.

C'est embêtant un coeur qui tombe. Ca fait des miettes et parfois, ça fend le carrelage tout neuf de la cuisine. Et même, ça s'épanche dans l'écoulement de la douche.

Et d'une fois que tout est recollé, sombres poissons rouges, nous revoilà sur les routes, les bras tendus en avant, avec ce coeur ballant, battant, en équilibre sur le bout de nos doigts. A la recherche d'un ingrat à qui confier une miette de soi.

Donner, c'est donner. Reprendre, et recommencer.

22 juillet 2014

Liste des chroniques


Carnet de route et déroute

News_box

Bienvenue dans mon bac à scrabble.

Lili on the bridge a été un bureau de gestion de projets artistiques et culturels. Aujourd'hui, c'est un carnet de route et déroute.

Simplement.